Plaidoyer pour l’apprentissage grâce au crowdsourcing

Comme vous le savez, mon champ d’intérêt se porte sur les méthodes d’acquisition des connaissances. Je m’intéresse également en particulier aux communautés en ligne, et aux possibilités d’apprentissage qu’elles suscitent.

J’évoque aujourd’hui le crowdsourcing, comme méthode d’apprentissage.

  1. Le crowdsourcing, une nouvelle « pédagogie nouvelle »!
  2. Le crowdsourcing permet de développer des compétences multiples
  3. L’écueil: apprentissage /vs/ chiffre d’affaire
  4. Alors, quels domaines sont susceptibles de former?

 

Le crowdsourcing, une nouvelle « pédagogie nouvelle »!

Connaissez-vous le crowdsourcing ? Guittard et Schenk  (2012) le définissent comme le

recours aux ressources de la foule pour les tâches de production ou de collecte d’informations et de connaissances.

Ce procédé m’a surpris par les possibilités qu’il offre en termes d’acquisition de connaissances, et par sa proximité avec les formes de pédagogie nouvelle, telles Freinet ou Montessori.

S’il s’agit souvent de ne produire que des données (traduction, transcription, translittération, ajout de métadonnées), une confrontation prolongée à l’objet et à sa communauté amène l’usager vers une connaissance pratique.

Ce mode d’action est en effet proche d’une méthode Freinet ou Montessori:  l’usager choisit et gère ses apprentissages par lui-même, au sein d’une pédagogie de projet. En 1997, Jaillet rappelait que le pédagogue Freinet doit partir de l’intérêt de l’enfant, favoriser le plus possible le travail en coopération ; que l’enfant part de ce qui l’intéresse vraiment. Pédagogie du tâtonnement, de la collaboration, de la communication, de l’organisation : cette pédagogie, déjà très proche du fonctionnement d’Internet, l’est plus encore du fonctionnement des Digital Humanities, où l’usager est libre de choisir sur le Web le domaine dans lequel il souhaite s’investir, et où la connaissance se construit dans l’expérience et l’interaction.

Le crowdsourcing permet de développer des compétences multiples

En intégrant un projet de crowdsourcing (de préférence un texte océrisé à corriger : journaux de guerre 14/18, textes d’auteurs, archives participatives, etc.), l’usager est amené à renforcer ses motivations affectives. Il soutient une initiative en laquelle il croit, qu’il s’agisse d’un projet commercial écocitoyen (industrie), ou d’un domaine de recherche fondamental (science). Il s’inscrit dans une communauté qui le reconnaît et fournit une légitimité à son action, et il développe également des compétences :
• Apprendre à maîtriser un outil en ligne (compétences informatiques) ;
• Apprendre une forme particulière de socialisation (compétences humaines) ;
• Découverte d’un domaine (sensibilisation culturelle) ;
• Développer une expertise dans un champ particulier (connaissance d’un domaine) ;
• Acquérir une distance critique (compétence cognitive).

Le crowdsourcing permet donc un apprentissage affectif, en projet, au sein d’une communauté.

L’écueil: apprentissage /vs/ chiffre d’affaire

Cependant il n’existe actuellement pas de retour sur l’apprentissage (compétence métacognitive), car le crowdsourcing est particulièrement orienté « économie » et « business ». Ce fait est particulièrement marquant lorsqu’on observe que la plupart des recherches dans ce domaine sont financées par des entreprises.

De fait, un article de Cowan, Jonard et Zimmermann (2003) montre qu’au sein de l’entreprise, un équilibre doit être trouvé dans la granularité de la division cognitive des tâches : plus l’on augmente la complexité des tâches,

  • plus on optimise la combinaison des profils cognitifs différents,
  • plus le travail est productif,
    mais
  • moins il y a d’opportunités de transfert de connaissances entre agents,
  • moins les facultés d’innovation et d’apprentissage sont importantes.

Pour dire les choses autrement, déléguer à la foule une tâche complexe facilite l’apprentissage, mais pas le chiffre d’affaire. Il s’agit donc de faire un choix entre production et innovation, qui nous semble peu compatible avec le désir d’apprendre d’un usager.

Alors, quels domaines sont susceptibles de former?

Une entreprise, tournée vers le chiffre d’affaire, ne peut pas représenter un lieu d’apprentissage.

Dès lors, d’autres lieux restent à explorer:
– la science engagée,
– les services publics (musées, bibliothèques, archives), et le traitement de ses big data (ou mégadonnées),
– la participation citoyenne (politique, développement durable…).

L’apprentissage doit rester indépendant des pratiques économiques!

 

 

Références citées:

Schenk, Eric, et Claude Guittard. « Une typologie des pratiques de Crowdsourcing : l’externalisation vers la foule, au-delà du processus d’innovation ». Management international 16 (2012): 89. doi:10.7202/1012395ar. http://id.erudit.org/iderudit/1012395ar

Jaillet, Alain « Internet  : une pédagogie active ? » Nouveaux c@hiers de la recherche en éducation, vol. 4, n° 3, 1997, p. 373-392 [en ligne] URI: http://id.erudit.org/iderudit/1017302ar

Cowan Robin, Jonard Nicolas, Zimmermann Jean-Benoît. “Complémentarités cognitives et production de connaissances nouvelles. Une analyse en termes de réseaux ». In: Revue d’économie industrielle. Vol. 103. 2e et 3e trimestre 2003. La morphogénèse des réseaux. pp. 253-274. doi : 10.3406/rei.2003.3121 [en ligne] /web/revues/home/prescript/article/rei_0154-3229_2003_num_103_1_3121 Consulté le 14 août 2014.

 

Publicités

2 réponses à “Plaidoyer pour l’apprentissage grâce au crowdsourcing

  1. Suite a la lecture de votre article, je pense que le site Eris Solver pourrait vous interesser => http//www.erissolver.com

    • Bonjour Thomas,
      effectivement ce site est très intéressant.
      Eris Solver est une structure privée, qui propose une plateforme de crowdsourcing. Les problèmes complexes d’une société, d’une entreprise, d’un particulier sont proposés à la foule sur Internet. La résolution apparaît sous forme de carte mentale.
      Bonne chance à cette initiative!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s